Cravant est un village blotti au pied des collines de Monteloup et des Perrières. Situé à 180 kilomètres de Paris et à 18 km au sud d’Auxerre, sa côte de Palotte renferme de vastes carrières et porte une partie des vignes du fameux vin d'Irancy.
Son nom provient de sa situation géographique au confluent de l'Yonne (anciennement Icauna) et de la Cure (Quoranda) et plus tard du Canal du Nivernais. Il est issu du Celtique "Cor": "confluent" et "ban": "bourg", puis il est latinisé en Cravannum, puis Crevan et enfin Cravan auquel fut ajouté un "t" au 17è siècle.

Cravant devient en 1380 le premier port de l’Yonne et stocke différentes denrées dans les nombreux entrepôts autour du port.
Des fortifications sont construites tout autour du village et déterminent son caractère actuel.
Le Donjon, le plus ancien édifice du village, est bâti entre 1280 et 1308 et les fortifications se construisent à partir de 1387. Cette bâtisse a de nombreux rôles au cours des siècles, tour à tour prison, tour de guet, caserne puis résidence seigneuriale. Il est aujourd’hui classé « Monument Historique » et on peut visiter son sous-sol et sa salle Gothique au 1er étage lorsque la propriétaire est présente.

Le Beffroi, lui, est construit au nord du village, c'est alors la plus haute des tours de l'enceinte fortifiée. Un escalier à vis de 36 marches mène au sommet de la "tour du guette" qui permet la surveillance des 5 vallées et la protection des denrées entreposées au port.

A côté du Beffroi, la Porte de la Poterne, appelée aussi Porte d'en haut, donne l'accès au port, aux jardins maraîchers du long de l'Yonne ainsi qu'aux champs. Le Beffroi, la Poterne et la muraille protègent alors Cravant des pilleurs organisés en grandes compagnies.

A l'est, on trouve la Porte d'Arbaut qui possédait une tour en 1492, et qui a été rénovée au 18e siècle. Elle permet d'accéder aux champs de chanvre, aux vignes de Monteloup, au hameau céréalier de Cheuilly à quatre kilomètres ainsi qu'à la source miraculeuse de Notre Dame d'Arbaut qui avait, dit-on, le pouvoir de ressusciter les enfants mort-nés le temps qu'ils soient baptisés.

Au sud du village se trouve la Porte d'Orléans, ou Porte d'en bas, principale entrée au 14e siècle. Elle donne accès aux principales routes, aux prés communaux des alentours et mène au pont stratégique de l'Yonne. (Elle sera reconstruite au 18e siècle).

L’église Saint Pierre Saint Paul est un édifice remarquable. Elle possède une architecture unique en Bourgogne et témoigne du prestigieux passé de la cité. Elle a été construite sur trois périodes, au 9e siècle, agrandie au 11e siècle puis reconstruite à la fin du 16e siècle. Son imposant clocher à trois étages, date de 1551.

Le 31 juillet 1423, durant la guerre de Cent Ans, la Bataille de Cravant voit les troupes du roi de France Charles VII massacrées par l’armée anglo-bourguignonne. Plus de 4 000 hommes périrent ici. C'est pourquoi une des rues du village s'appelle la rue des Écossais et présente une stèle commémorative.

Les Halles, construites en 1451, sont le reflet de cette grande activité économique de la cité. Négociants et marchandises s’y côtoient au cours des marchés et des grandes foires médiévales. Au 19e siècle, les halles deviennent l’école des garçons puis la bibliothèque du village en 1999.

La région était également réputée pour ses carrières de pierre calcaire connues sous le nom de carrières de Palotte. Il en subsiste un énorme complexe souterrain de près de 3,5 hectares constitué de trois galeries principales.

Le hameau de Cheuilly a lui aussi un riche passé de grenier à céréales.